physionomie


physionomie

physionomie [ fizjɔnɔmi ] n. f.
phisanomie XIIIe; lat. physiognomia, altér. de physiognomonia
1Ensemble des traits, aspect du visage (surtout d'après leur expression). face, faciès, 1. physique; visage; 2. air, expression, 1. mine. Une physionomie expressive. « La physionomie est l'expression du caractère et celle du tempérament [...] ; mais il ne faut jamais juger sur la physionomie » (Vauvenargues). Sa physionomie se rembrunit, s'anime, s'illumine. Jeux de physionomie : mimique.
Spécialt, Vieilli Caractère original et expressif d'un visage, indépendamment de la beauté. Ces beautés qui « sont plus dans la physionomie que dans les traits » (Rousseau).
2Aspect particulier propre à une chose, un lieu, un objet. apparence, aspect, face. « on procéda à de nombreux échanges de territoires. La physionomie de l'Europe en fut transformée » (Bainville).

physionomie nom féminin (latin physiognomia, du grec phusiognômonia) Ensemble des traits du visage ayant un caractère particulier et exprimant la personnalité, l'humeur : Une physionomie renfrognée. Ensemble des caractères, des aspects particuliers qui distinguent une chose d'une autre : La physionomie de Paris a changé. Allure générale, grandes lignes d'un processus, d'un phénomène : La physionomie du scrutin a été connue dès 20 heures.physionomie (synonymes) nom féminin (latin physiognomia, du grec phusiognômonia) Ensemble des traits du visage ayant un caractère particulier et...
Synonymes :
- faciès
Ensemble des caractères, des aspects particuliers qui distinguent une chose...
Synonymes :

physionomie
n. f.
d1./d Ensemble des traits, des caractères qui donnent au visage une expression particulière. Une physionomie douce, spirituelle.
d2./d Ensemble des traits qui donnent son caractère particulier à une chose, à un lieu, etc. La physionomie politique d'un pays.

⇒PHYSIONOMIE, subst. fém.
A.Vieilli. Physiognomonie. La biotypologie avait été entrevue par Della Porta (physiognomonie, 1630), par Lavater (physionomie des animaux, 1776), par Gall (1750-1828), auteur de deux ouvrages sur la phrénologie (DAVID, Cybern., 1965, p.113).
B. —Ensemble des traits, aspect du visage d'une personne. Physionomie jeune, atroce; examiner, observer la physionomie d'une personne. C'est une espèce de grand gaillard, tout jeune, de physionomie vulgaire, couleur de brique rose (MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p.62). Aux fauteuils d'orchestre, un peu en retrait de la loge, voici, ma foi, deux autres visages qu'il a croisés le matin même sur les paliers de Koupriane! Ce que c'est que d'avoir la mémoire des physionomies (G. LEROUX, Roul. tsar, 1912, p.89):
1. ... il vit bien le salut et le rendit, mais sans s'arrêter; et, s'éloignant à toute vitesse, sans un sourire, sans qu'un muscle de sa physionomie bougeât, il se contenta de tenir pendant deux minutes sa main levée au bord de son képi, comme il eût répondu à un soldat qu'il n'eût pas connu.
PROUST, Guermantes 1, 1920, p.138.
P. méton., pop. Visage, figure. Amène-toi maintenant que je te noircisse la physionomie, enlève donc tes lunettes, couillon, là, que je t'astique le portrait (QUENEAU, Pierrot, 1942, p.80).
Loc. fig. S'offrir la physionomie de qqn. [Sur le modèle de se payer la tête de qqn] Les savants disent ça, mais ils s'offrent notre physionomie (CLAUDEL, Rempart Ath., 1927, p.1133).
1. En partic.
a) Expression du visage passagère ou permanente reflétant un trait de caractère ou un sentiment. J'avais déjà remarqué, dans le même jardin, sa redingote râpée qui se boutonnait jusqu'au menton (...) ses mains décharnées, pareilles à des ossuaires, sa physionomie narquoise, chafouine et maladive (BERTRAND, Gaspard, 1841, p.44). Ceux qui n'avaient lu au tableau aucun nom s'en allaient, emportant leur joie fragile. Dingley les retrouvait le lendemain, à la même place, avec la même physionomie d'angoisse que la veille (THARAUD, Dingley, 1906, p.16). Celui qui a caché les osselets chante, balance rythmiquement son corps et essaie d'induire en erreur ses adversaires par des jeux de physionomie (LOWIE, Anthropol. cult., trad. par E. Métraux, 1936, p.191).
SYNT. Physionomie ardente, bouleversée, calme, douce, effarée, funèbre, goguenarde, impassible, inquiétante, mobile, naïve, rayonnante, touchante, tranquille, triomphante, triste, vive; se composer une physionomie; modifier, changer sa physionomie; physionomie d'ivrogne, de brigand, de charlatan; mobilité de la physionomie.
b) Rare. Allure corporelle, aspect morphologique d'une personne. Les marins et les militaires appliquent donc les lois du mouvement dans le but de toujours obtenir un même résultat, une émission de force par le plexus solaire et par les mains (...). Or la direction constante de leur volonté dans ces deux agents doit déterminer une spéciale atrophie de mouvement, d'où procède la physionomie de leur corps (BALZAC, Théor. démarche, 1833, p.636).
2. Absol., vieilli. Caractère original qui fait la particularité d'un visage, indépendamment de la beauté, de la finesse ou de la régularité des traits. Le caractère de sa figure est ordinairement la tranquille sérénité; cependant, lorsqu'elle s'anime, elle a de la physionomie (LACLOS, Éduc. femmes, 1803, p.440). Il sentit bientôt qu'il perdait sa peine à jouer le personnage de Pascal et à vouloir lui prendre son masque; car Pascal n'a pas de masque, il a une physionomie (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t.5, 1859, p.352).
3. P. anal., vieilli. Ensemble des traits du faciès, morphologie d'un animal. Les plumes effilées (...) forment les cercles qui donnent à la physionomie de ces oiseaux son caractère singulier (CUVIER, Anat. comp., t.2, 1805, p.512). C'est une chose incroyable que la mobilité et la transparence de la physionomie de ces chevaux, quand on n'en a pas été témoin. Toutes leurs pensées se peignent dans leurs yeux et dans le mouvement convulsif de leurs joues (LAMART., Voy. Orient, t.1, 1835, p.249).
C.P. anal. Ensemble des caractères, des traits physiques qui donne à un objet, à un lieu, un aspect particulier ou remarquable. Physionomie d'un navire, d'un meuble, d'une rue. Combien d'observateurs et d'écrivains de grande valeur ont essayé de noter la physionomie et les caractères les plus parlants de toutes les villes significatives! Ces études ne sont pas toutes au même degré géographiques (BRUNHES, Géogr. hum., 1942, p.89). Le «mondain» supporte mal une modification quelconque dans la disposition des échos et mondanités du Figaro. En général, la physionomie du journal doit rester identique à elle-même pour convenir à ses lecteurs (COSTON, A.B.C. journ., 1952, p.175):
2. Chaque monument, pour peu qu'il diffère quant au programme, quant aux moyens de structure, prend une physionomie qui lui est propre, bien que l'on reconnaisse parfaitement à l'inspection de son ensemble, comme de ses moindres détails, qu'il appartient à telle période de l'art.
VIOLLET-LE-DUC, Archit., 1863, p.469.
[En parlant d'une oeuvre littér. ou musicale] Ensemble des traits caractéristiques d'une oeuvre d'art. Comment saisir la physionomie et l'originalité des littératures primitives, si on ne pénètre la vie morale et intime de la nation (RENAN, Avenir sc., 1890, p.292). Plus je vais, mieux se dessine à mes yeux la physionomie de l'oeuvre à écrire: féerie. Théâtre. Élimination complète de l'inutile. Mais ici, tout est à inventer (J.BOUSQUET, Trad. du sil., 1936, p.114). On ne doit jamais faire succéder deux mesures ayant la même physionomie rythmique (DUPRÉ, Cours contrepoint, s.d., p.17).
D.Au fig. Ensemble des caractéristiques d'un phénomène, d'un processus, d'un système. On peut dire que la physionomie de l'histoire de France ne se dégage complètement que si l'on tient compte des causes qui n'ont pas trouvé fortune (VIDAL DE LA BL., Tabl. géogr. de Fr., 1908, p.382). Pour venir compléter la perception, les souvenirs ont besoin d'être rendus possibles par la physionomie des données (MERLEAU-PONTY, Phénoménol. perception, 1945, p.27). Il y a dans ces résultats une valeur d'indication à la manière dont, en cours de vote, les premiers sondages donnent une physionomie anticipée des scrutins (Gds ensembles habit., 1963, p.27).
REM. 1. Physiognomie, subst. fém., vieilli, synon. (supra A). De la morphologie statique, qui étudie les formes au repos (typologie générale, physiognomie, chirologie), à la morphologie dynamique qui s'attache à leurs mouvements, la continuité s'établit de plus en plus (MOUNIER, Traité caract., 1946, p.207). 2. Physionomane, subst., vieilli. a) Celui, celle qui étudie le caractère d'une personne d'après les traits de son visage. Une physionomane, qui nous dit à tous nos santés et nos caractères (GONCOURT, Journal, 1858, p.481). b) Celui, celle qui reproduit les physionomies. En appos. Il y avait à Paris une espèce de bouffon physionomane (...) qui courait les guinguettes, les caveaux et les petits théâtres (BAUDEL., Curios. esthét., 1857, p.201). 3. Physionomètre, subst. masc. Appareil reproduisant la forme des objets par moulage. (Ds Lexis 1975, Lar. Lang. fr.). 4. Physionomotrace, physionotrace, subst. masc. Instrument servant à dessiner mécaniquement des portraits. La figure du Vendéen se découpait contre le couchant, sur le papier huilé de la fenêtre, avec la netteté des profils tirés au physionomotrace, par les imitateurs de M. de Silhouette (MORAND, P. de Saligny, 1947, p.102). Au XVIIIesiècle encore, le physionotrace qui connut une telle vogue, ne faisait qu'élaborer mécaniquement le procédé. Mais celui-ci ne s'empare que des profils (HUYGHE, Dialog. avec visible, 1955, p.128). 5. Physionotype, subst. masc. ,,Appareil (...) servant à fabriquer des empreintes. Il consistait en une plaque métallique armée de tiges mobiles qui, enfoncées plus ou moins, suivant les saillies de l'original, déterminaient une surface ondulée que l'on pouvait reproduire à l'aide d'une matière malléable`` (ADELINE, Lex. termes art, 1884).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1256 phisanomie «art de déterminer le caractère d'un homme d'après la conformation extérieure» (ALDEBRANDIN DE SIENNE, Régime du corps, éd. L. Landouzy et R. Pépin, f°2b, p.5, ligne 27); fin XIIIes. [ms.] physianomie (Le charte de le chité d'Am., B.N. 25247, f° 49); b) 1596 phisiognomie «art de déterminer le caractère d'une personne d'après les traits de son visage» (HULSIUS); 1671 physionomie (POMEY); ,,anc.`` ds DG; 2. 1355-58 phisonomie «ensemble des traits de la figure, expression du visage; visage» (GUILLAUME DE DEGUILEVILLE, Pelerinage âme, éd. J. J. Stürzinger, 1606); 1376 fisonomie «id., en parlant d'un animal» (Modus et Ratio, éd. G. Tilander, 79, 6, t.II, p.151); 1532 [éd.] phizionomie (MAROT, Ballades, Des Enfans sans soucy, 25 ds OEuvres diverses, éd. C. A. Mayer, IV, 140); 1723 changer de physionomie (MARIVAUX, Spectat. fr., p.204); 1781 un jeu de physionomie (RAYMOND, Lettre de Coxe, p.88); 3. 1773 «(d'un inanimé) aspect particulier, apparence» la physionomie de la nation (MERCIER, Du théâtre, p.80); 1773 la physionomie des langues anciennes (THOMAS, Essais sur éloges, p.19). Empr. à un lat. tardif physiognomia (gr. ), altération par superposition syllabique de physiognomonia, v. physiognomonie; le mot fr. a souvent été altéré jusqu'au XVIes. (cf. FEW t.8, p.410b et 411a et RENSON 1962, p.389); le sens 1 a été assumé par physiognomonie. Fréq. abs. littér.: 2604. Fréq. rel. littér.: XIXes.: a) 5302, b) 5318; XXes.: a) 3703, b) 1471. Bbg. GOHIN 1903, p.346. — QUEM. DDL t.28 (s.v. physionomane).

physionomie [fizjɔnɔmi] n. f.
ÉTYM. 1552; phisanomie, 1256; du lat. physiognomia, altér. de physiognomonia. → -gnomonie, physiognomonie.
1 Vx. Didact. Physiognomonie.
2 (1606; fisonomie, v. 1354). Mod. L'ensemble des traits, l'aspect du visage. Face, facies, 1. physique (II.); visage. || Une physionomie terreuse et verdâtre (→ Enlaidir, cit. 5), hideuse (→ Loucherie, cit. 1.).Cour. Les traits du visage considérés du point de vue de leur expression, permanente ou passagère. Air, attitude, expression, figure, masque, mine. || Le caractère d'une physionomie (→ Iconographique, cit. 2). || Les mystères de la physionomie de la femme (→ Expression, cit. 35). || Mobilité, vivacité de la physionomie. || Sa physionomie se rembrunit, s'anima, s'illumina. || Jeux (cit. 77) de physionomie. Mimique. || Physionomie ouverte, animée (cit. 40), boudeuse, spirituelle. || Une physionomie douce (→ Blasement, cit.), ardente (→ Courage, cit. 15), énergique (→ Fuyant, cit. 6), pleine d'esprit (→ Manière, cit. 40), joyeuse, triste (→ Notre, cit. 16).
1 Oui, fiez-vous-y à cette physionomie si douce, si prévenante, qui disparaît un quart d'heure après, pour faire place à un visage sombre, brutal, farouche, qui devient l'effroi de toute une maison !
Marivaux, le Jeu de l'amour et du hasard, I, 1.
2 La physionomie est l'expression du caractère et celle du tempérament. Une sotte physionomie est celle qui n'exprime que la complexion, comme un tempérament robuste, etc.; mais il ne faut jamais juger sur la physionomie (…)
Vauvenargues, De l'esprit humain, XXXVII, « De la physionomie ».
3 L'art de la physionomie offre d'excellentes études à qui voudrait s'y livrer (…) Toute l'antiquité a cru à la vérité de cette science, et Lavater l'a portée de nos jours à une perfection inconnue.
Chateaubriand, Essai sur les révolutions, I, XVIII, p. 315, note.
Vieilli. Caractère original et expressif d'un visage, considéré indépendamment de la beauté ou de la régularité des traits. || Beauté qui est plus dans la physionomie que dans les traits (→ Éclat, cit. 29).Visage qui prend de la physionomie (→ Habituel, cit. 3).
(En parlant d'un animal). Face (cit. 13; → Fade, cit. 6; 1. fouine, cit. 1).
3 (1788). Choses. Aspect particulier (propre à une chose, à un objet). Apparence, aspect, face. || Physionomie de certaines rues de Paris (→ Ancien, cit. 2), d'une machine (cit. 14).La géographie (cit. 5) étudie la physionomie du globe.
4 Par leur seule physionomie, les mots raniment dans notre cerveau les créatures auxquelles ils servent de vêtement.
Balzac, Louis Lambert, Pl., t. X, p. 356.
5 Pour obtenir une paix durable par une sorte d'équilibre, tentative que les congrès européens recommencent au moins une fois tous les cent ans, on procéda à de nombreux échanges de territoires. La physionomie de l'Europe en fut transformée.
J. Bainville, Hist. de France, XIII, p. 250.
6 Les lieux sont des personnes à qui l'humanité qui est en nous a donné une physionomie — non pas humaine, car c'est une physionomie de lieux, mais une physionomie de personne, de personne qui se configure avec une cathédrale sur une falaise, un enfoncement d'estuaire dans le lointain, des champs surélevés quand on sort dans la campagne après la petite ville. Physionomies qui font que rien ne nous les remplace, que nous pensons bien souvent au plaisir de les revoir, physionomie qui est en nous autant qu'en eux (…)
Proust, Jean Santeuil, Pl., p. 535.
(Abstrait). Allure générale (d'un processus, d'un phénomène). || Voici quelle est la physionomie d'ensemble de la situation, du scrutin…
DÉR. Physionomique, physionomiste.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • physionomie — Physionomie. s. f. L art de connoistre les moeurs, les inclinations des personnes par l inspection du visage. On a connu par sa physionomie qu il aimeroit la guerre, qu il aimeroit les sciences, qu il réüssiroit dans les lettres. Il se prend… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Physionomie — (griech. φύσης, phýsis „die Natur“ und νόμος, nómos „das Gesetz“) ist: (veraltet) die Lehre von den Naturgesetzen. im Französischen eine alternative und im Deutschen eine veraltete Schreibweise von Physiognomie. Diese Seite is …   Deutsch Wikipedia

  • Physionŏmie — (v. gr.), Lehre von den Naturgesetzen …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Physionomie — Physionomīe (grch.), Lehre von den Naturgesetzen …   Kleines Konversations-Lexikon

  • PHYSIONOMIE — s. f. L air, les traits du visage. Il a une belle physionomie, une physionomie ouverte. Physionomie avantageuse, heureuse, agréable, prévenante, spirituelle. Physionomie noble. Avoir la physionomie d un honnête homme. Avoir la physionomie basse.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • physionomie — (fi zi o no mie) s. f. 1°   L air, les traits du visage. •   On ne peut faire une bonne physionomie qu en accordant toutes nos contrariétés, PASC. Pens. XVI, 10 bis, éd. HAVET.. •   S il [un jeune homme de bonne figure disant des sottises] m eût… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • PHYSIONOMIE — n. f. Les traits, l’expression du visage. Il a une belle physionomie, une physionomie ouverte. Physionomie avantageuse, heureuse, agréable, prévenante, spirituelle. Physionomie noble. Avoir la physionomie d’un honnête homme. Les physionomies sont …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Physionomie. — См. Физиономия …   Большой толково-фразеологический словарь Михельсона (оригинальная орфография)

  • Physionomie — Phy|si|o|no|mie 〈f. 19; unz.; veraltet〉 Lehre von den Naturgesetzen [<grch. physis „Natur“ + nomos „Gesetz“] * * * Phy|si|o|no|mie, die; [zu griech. nómos = Gesetz] (veraltet): Lehre von den Naturgesetzen …   Universal-Lexikon

  • Physionomie — Phy|si|o|no|mie 〈f.; Gen.: ; Pl.: unz.; veraltet〉 Lehre von den Naturgesetzen [Etym.: <Physis + …nomie] …   Lexikalische Deutsches Wörterbuch


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.